» Espace des disciplines » Français » Atelier d’écriture » Bilan 2005-2006
 
IDD
SVT
VTT
FSE


Bilan 2005-2006

 

Atelier d’écriture 2006

 

Cet atelier s’est déroulé avec la classe de 5e b.

Un inconvénient, le feu vert ayant été donné très tard, le nombre de séances s’en est trouvé raccourci.

En prévision, les lectures préliminaires avaient été faites par les élèves.

Un autre point important, c’est un travail du groupe classe, les élèves n’avaient pas le choix. Cette disposition, mal perçue par les élèves qui ont vu subitement s’accroître leur emploi du temps au deuxième trimestre, a été positive. Tous les élèves ont dû participer, et jusqu’au bout, ce qui a été pour eux une grande satisfaction. Ils seront très fiers d’avoir en main l’exemplaire illustré et relié de leur travail.

L’atelier a commencé vers la mi-janvier. Le rythme était de trois heures tous les quinze jours.

Les responsables de l’atelier : Geneviève Quincal, documentaliste et Claude Figuier professeur de lettres modernes.

Le thème était déjà choisi : une "suite" des Mille et une Nuits. Les élèves avaient lu de nombreux contes au premier trimestre. Nous avons décidé de choisir comme récit cadre la découverte, dans la Bagdad de 2003 sous les bombes, d’un manuscrit ancien des Mille et une nuits datant du Moyen Age, et de metre en regard la "Capitale de la paix" des Abbassides et la ville massacrée de 2003.

Ensuite, les élèves, seuls ou par groupes, ont rédigé un conte. Un groupe s’était chargé du récit cadre et des intermèdes.

La rédaction des contes a duré toute l’année, et il a fallu prendre du temps sur quelques cours de français pour avoir fini en juin.

Les contes ont été corrigés dans leurs différents états jusqu’à ce qu’ils soient jugés satisfaisants.

Il faut remarquer que les textes, étant longs, ont nécessité une intervention stylistique et grammaticale importante : les élèves n’auraient pu arriver seuls à la perfection. Il aurait été souhaitable qu’ils fassent tout, mais le temps imparti n’était pas suffisant et nous avons privilégié l’invention. Ce point mérite réflexion pour la prochaine fois. Les élèves ont manqué de temps pour porter un regard critique sur leurs textes, en échangeant leurs contes éventuellement.

L’occasion de s’assurer que le point de la cohérence et de la cohésion textuelles était acquis en tant que compétence transférable d’un travail à l’autre n’a pas été offerte, faute de temps.

Parallèlement, les élèves ont fait de très beaux dessins qui seront incorporés au livre.

Enfin, nous avons composé le sommaire, placé les intermèdes, et il ne reste plus qu’à fabriquer le livre.

 
Publié le mercredi 28 juin 2006

 
 
Accueil     |    Espace rédacteurs
  Mis à jour le lundi 6 mars 2017